Conseil - Ingénierie et Formations
en efficacité professionnelle

MENUMENU

Devenir un ténor du management passe par l’aisance verbale

Par Marie-Jeanne MARTI, consultante en prise de parole en public

L’art de la prise de parole n’est pas qu’un simple « soft skill », au-delà de la capacité à captiver une salle ou à assurer une joute oratoire, il y a dans cette discipline, une véritable occasion pour le dirigeant de se « transformer ». Voilà pourquoi un manager accompli se doit d’être aussi un orateur de talent

Les managers d’aujourd’hui sont les enfants chéris du Résultat, adoubés par leurs pairs à coup tableaux de bord chargés d’objectifs, de diplômes et autres certifications, d’outils d’aide à la décision, d’outils tout court, les voilà poussés, non sans effroi, dans ce grand bain qu’est l’équipe et sommer de s’en débrouiller.

Ils en oublieraient presque que leur plus gros capital intellectuel et relationnel se trouve en eux-mêmes : Parler !

Voilà ce qui leur ferait le plus cruellement défaut s’ils étaient demain privés de parole pour s’adresser à leurs collaborateurs. Aucun des attributs techniques cités plus haut ne pourraient s’y substituer. Un homme seul avec ses idées et du bagout se tire bien mieux d’affaire qu’un muet bardé de chiffres et emmuré dans de livresques certitudes.

En 5 points, voilà pourquoi devenir un ténor du management passe par l’aisance verbale.

La force de conviction : prendre la parole, c’est prendre le pouvoir, chaque fois qu’on ouvre la bouche on pose un acte fort. Exposer son opinion oblige à affûter ses arguments, à défendre un point de vue. Excellents « abdos » pour l’assertivité.

La capacité à improviser : Contrairement à l’écrit, on ne peut « raturer », ni recommencer une parole déjà sortie. C’est toute l’angoisse des perfectionnistes sur cet exercice. Pourtant si l’on se censure trop on n’est plus très passionnant, aussi, le secret, c’est de savoir improviser, se « lancer » sur une trame simple. Transposez cette compétence à tout un panel de situations et vous aurez un excellent gestionnaire de crise.

Le sens stratégique : La rhétorique, c’est l’art d’exposer et de défendre un point de vue face à un adversaire. Il va sans dire que la prise de parole peut parfois devenir un véritable champ de bataille. Maîtriser cet art de la guerre et le pratiquer finiront par vous rendre stratège dans bien d’autres domaines.

Le contact avec les autres : Parler, mais pas tout seul. Savoir bien parler c’est aussi rendre plus fluide le courant qui me relie aux autres. Ceux de mon équipe, mes pairs, ceux d’en haut, ceux qui passent…

Le charisme, la séduction : parler rend lumineux, attire les regards. On ne prête qu’aux riches c’est bien connu. Bien parler, même pour louer votre pire ennemi (essayez pour voir) vous met, vous, en valeur…à ses dépens. Un bon orateur déplace les foules et entraîne l’adhésion, que rêver de mieux pour motiver une équipe ?

La morale à retenir n’est autre que la devise que je propose à la réflexion de mes stagiaires et coachés, cette phrase de Sophocle qui illustre si bien la difficulté de prendre la parole et les hésitations légitimes qui nous tenaillent en réunion ou lors d’une présentation :

 « Celui qui ne craint pas d’agir ne craint pas de parler. »

aaaqs